Collaboration-DAF-et-RAF-à-temps-partagé-augmenté

Collaboration DAF & RAF à Temps Partagé Augmenté

Collaboration DAF & RAF à
Temps Partagé Augmenté

Être DAF et RAF à Temps Partagé Augmenté | Interview de Yannis Kotakis et Maxime Servant

Yannis Kotakis et Maxime Servant travaillent en binôme DAF & RAF. Ensemble ils accompagnent des PME françaises.

Yannis est Directeur Administratif et Financier, son rôle est de soutenir la Direction Générale, tout en étant épaulé par Maxime, Responsable Administratif et Financier.

Retrouvez-les dans une interview ou ils nous parlent de leur collaboration au quotidien.

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans la vidéo

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vous souhaitez vous aussi exercer votre métier de Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté ? Nous vous invitons à consulter notre espace carrière

Maxime-servant-responsable-administratif-et-financier-à-temps-partagé-augmenté

Maxime Servant, Responsable Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté

Responsable Administratif et Financier
à Temps Partagé Augmenté

Être RAF à Temps Partagé Augmenté | Interview de Maxime Servant

Maxime Servant est Responsable Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté. Il partage son temps entre plusieurs PME.

Maxime intervient en tant que RAF dans des PME, il est accompagné par la communauté de DAF expérimentés de chez Référence DAF.

Retrouvez le profil de Maxime, Responsale Administratif et Financier dans cette interview.

Bonjour Maxime, pour quels types de missions fait-on appel à toi ?


Je travaille chez des clients de tous secteurs confondus. J'ai des activités différentes, ça peut être pour un cabinet de conseil à la production d'art urbain, de l'ingénierie ou de l'édition de logiciels. J'interviens sur plusieurs typologies de missions des postes de RAF ou d'assistant DAF. Je les accompagne dans la durée, dans leur quotidien, leur suivi financier et leur projection. Je travaille également sur des missions plus ponctuelles soit sous forme d'audit flash d'une fonction finance ou sur la mise en place d'outils de redéfinition et formalisation de process .

Grâce au dispositif du Temps Partagé Augmenté, les entreprises disposent d'une grande flexibilité puisque nous intervenons en fonction de leurs besoins et des projets à mettre en œuvre.




Qu'est ce qui te plaît dans le métier de Responsable Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté ?


Le Temps Partagé Augmenté, c'est avant tout pour moi l'opportunité de continuer à apprendre et à me former sur des problématiques que je rencontre tous les jours chez mes clients. J'ai autant d'exemples de modèles économique que j'ai de clients et d'interlocuteurs. L'augmenté, c'est également la possibilité de profiter de toute la force du réseau du Groupe Référence pour avoir une proposition de valeur très importante pour mes clients.

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans la vidéo

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vous souhaitez vous aussi exercer votre métier de Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté ? Nous vous invitons à consulter notre espace carrière

Directeur-administratif-et-financier-à-temps-partagé-augmenté-Yannis-Kotakis

Yannis Kotakis, Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté

Directeur Administratif et Financier
à Temps Partagé Augmenté

Être DAF à Temps Partagé Augmenté | Interview de Yannis Kotakis

Yannis Kotakis est Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté. Il partage son temps entre plusieurs PME.

Yannis accompagne la Direction Générale pour prendre les bonnes décisions, piloter et augmenter leur performance à court, moyen et long terme.

Retrouvez Yannis dans une interview qui présente son profil de directeur administratif et financier.

Bonjour Yannis, pour quels types de missions fait-on appel à toi ?


Mon métier de Directeur Admistratif & Financier à Temps Partagé Augmenté consiste à accompagner les clients du Groupe Référence.
J'interviens dans les entreprises pour les aider à se structurer, à aller chercher du financement, assurer la gestion du changement et surtout transformer en chiffre l'ensemble des perspectives que le chef d'entreprise a tout en l'aidant à faire ses choix.

Grâce au dispositif du Temps Partagé Augmenté, les entreprises disposent d'une grande flexibilité puisque nous intervenons en fonction de leurs besoins et des projets à mettre en œuvre.




Qu'est ce qui te plaît dans le métier de Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté ?


J'ai choisi le métier de directeur administratif et financier à Temps Partagé Augmenté parce que ça me permet d'avoir une diversité de missions avec des environnements, des éléments différents et de pouvoir monter en compétences.

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans la vidéo

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vous souhaitez vous aussi exercer votre métier de Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté ? Nous vous invitons à consulter notre espace carrière

Afterwork Recrutement : Spécial RAF en Ile-de-France

ANNULATION
AFTERWORK RECRUTEMENT

Spécial RAF

Suite à la reprise épidémique constatée ces derniers jours, nous annulons l’afterwork recrutement spécial RAF du 7 juillet 2022.
Nos équipes se tiennent à votre disposition pour un échange, n’hésitez pas à nous écrire à mdrilholle@groupe-reference.com

Un aperçu de notre équipe DAF & RAF

Maxime Servant, Responsable Administratif et Financier
Yannis Kotakis, Directeur Administratif et Financier

Événement annulé : l'Afterwork Recrutement Spécial RAF

Événement Annulé !

Nos équipes se tiennent à votre disposition pour un échange, n’hésitez pas à nous écrire à mdrilholle@groupe-reference.com
Sur inscription uniquement par formulaire

Événement Annulé !

DAF-a-temps-partagé-augmenté-Laurent

Être DAF à temps partagé

Portrait d’un DAF à Temps Partagé Augmenté : Laurent Buzenet-Drogba

Être DAF à Temps Partagé Augmenté | Interview de Laurent Buzenet-Drogba

Laurent Buzenet-Drogba est Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté. Il partage son temps entre plusieurs PME.

Laurent accompagne les dirigeants d’entreprise dans le cadre de la fiabilisation de leurs informations financières, la mise en place de process ou encore le déploiement de leur système d'information financier.

Il nous en dit plus ses interventions et sur ses motivations à rejoindre Référence DAF.

Bonjour Laurent, quels sont les domaines sur lesquels tu interviens en tant que DAF à Temps Partagé Augmenté ?


Mon métier de Directeur Admistratif & Financier à Temps Partagé Augmenté consiste à accompagner les clients du Groupe Référence majoritairement sur la fiabilisation de leur informations financières, la mise en place de process ou l’assistance au déploiement de Systèmes d’Information financiers.

En termes d’organisation, j’accompagne de 2 à 3 entreprises par semaine. Ma présence est modulée en fonction des temps forts de l'organisation. Par exemple, lorsque la clôture des comptes doit être effectuée, j’interviens avec les équipes comptabilités et les commissaires aux comptes. Je suis alors présent chez le client entre 3 et 4 jours par semaine.

A l’inverse, lorsqu’il y a moins de projets, je peux intervenir un jour par semaine pour accompagner et piloter les équipes internes.

Grâce au dispositif du Temps Partagé Augmenté, les entreprises disposent d'une grande flexibilité puisque nous intervenons en fonction de leurs besoins et des projets à mettre en œuvre.




Qu'est ce qui te plaît dans le métier de Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté ?


Ce qui me plaît en travaillant à Temps Partagé Augmenté, c'est la diversité des missions que l'on me confie, leurs singularités et le partage d'expérience entre les différents intervenants du Groupe Référence : DAF, DRH, DSI...

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vous souhaitez vous aussi exercer votre métier de Directeur Administratif & Financier à Temps Partagé Augmenté ? Nous vous invitons à consulter notre espace carrière

transformation-digitale-de-la-fonction-finance

Financer ma PME : le financement haut de bilan

Financer ma PME : le financement haut de bilan

Référence DAF et Firmfunding vous présentent le financement haut de bilan, véritable alternative au financement bancaire des PME
Pour vous en résumé

Vous cherchez à financer votre entreprise et souhaitez découvrir les différentes options qui s’offrent à vous ? Vous vous interrogez sur l’impact du financement de votre entreprise sur la dilution du capital ?

Découvrez dans cet article rédigé en partenariat avec FirmFunding, plateforme de financement par voie privée à destination des PME, toutes les réponses à vos questions sur la typologie des financements des PME et ETI.

Temps de lecture : 4 minutes
A propos

Nos DAF à Temps Partagé Augmenté sécurisent et accélèrent au quotidien le pilotage financier des PME.

Faites appel à eux pour vous accompagner dans la transformation digitale de la fonction finance de votre entreprise !

Quels sont les différents types de financement ?

Les types de financement sont répartis entre financement haut de bilan et financement bas de bilan. Le financement haut de bilan comprend :

  • • Les actions
  • • La dette mezzanine (dont les obligations convertibles)
  • • La dette unitranche
  • • La dette obligataire senior

Le financement bas de bilan comprend lui la dette bancaire.

Qu’est-ce que le financement haut de bilan ?

Il correspond à l’émission de titres de capital ou de créances ; nécessairement auprès d’investisseurs qui souscrivent à cette émission de titres. Les titres de créances sont réservés aux sociétés par actions (SA, SAS, SCA) ou aux SARL sous certaines conditions. Ce type de financement est à moyen ou long terme.

Actualités :

Le Ministère de l’Economie et des Finances a annoncé que 15 à 20 Mds d’€ seraient déployés d’ici fin 2022 par les réseaux bancaires pour soutenir les PME « ayant une capacité de rebond ». 10000 PME pourraient en bénéficier.

Le prix et les modalités de ce dispositif restent à définir notamment concernant la participation ou non aux bénéfices des sociétés concernées.

Et le financement bas de bilan ?

Il concerne les contrats de prêt signés auprès des banques exclusivement (ou d’organismes agréés, de fonds ELTIF ou d’une plateforme de financement participatif) et est essentiellement destiné au financement du matériel. Ce type de financement est à court ou moyen terme.

Actualités :

A l’issue du différé de remboursement de 12 mois du PGE, les entreprises ont soit la possibilité de rembourser intégralement le PGE, soit celle d’amortir le remboursement sur une période maximale de 6 ans.

Quels sont les avantages du financement haut de bilan ?

  • • Financement non dilutif
  • • Parfois assorti d’options dilutives (BSA, OC, voire equity)
  • • Financement moyen ou long terme
  • • Diversification des sources de financement
  • • Remboursement différé : intérêts périodiques, principal remboursé à échéance
  • • Pas de caution personnelle du dirigeant
  • • Financement non bancaire des opérations

Le financement haut de bilan : Pour quels types de projets ?

  • • BFR de croissance
  • • Investissements immatériels
  • • Opérations en capital (sortie d’actionnaires, OBO, MBO, …)
  • • Croissance externe
  • • Financement d’actifs
  • • Société ayant connu un LBO compliqué : pas d’accès au financement bancaire
  • • Refinancement (d’obligations convertibles par exemple)

L’ouverture du capital : de plus en plus de PME y ont recours, avec succès

Dans un contexte macroéconomique favorable, les entreprises accompagnées par le capital-investissement français ont connu une croissance de 6,2%, soit une progression plus rapide que celle des PIB français (+2,5%) et des pays de l’OCDE (+4,8%).

Les chiffres clés :

  • • Près de 7800 entreprises accompagnées par le capital-investissement français à fin 2018
  • • Plus de ¾ sont des start-up et des PME
  • • 54% ont été soutenues en capital-développement, 26% en capital-investissement et 19% en capital-transmission
  • • Près de 90% des entreprises sont basées en France

La France, 2ème marché européen de l’investissement en dette privée

Le marché de l’investissement en dette privée est en pleine expansion en Europe et particulièrement en France avec 37% des opérations réalisées en 2019 (en nombre d’opérations)

Qui est FirmFunding, et quelle est son activité ?

Nous sommes une marketplace dédiée au haut de bilan, réservée aux professionnels.

Notre rôle est de mettre en relation les Conseils haut de bilan, pour le compte de leurs clients PME/ETI, avec les investisseurs professionnels qui sont des sociétés de gestion et family office.

Les Conseils mettent en ligne leurs dossiers, pour des montants entre 1 et 20 M d’€ et les investisseurs y ont accès directement.

Quels sont les produits proposés par FirmFunding ?

  • • Mix Equity/OC
  • • Mezzanine (dont OC)
  • • Obligation sèche

Nos chiffres clés du 1er semestre 2020 :

  • • Le montant moyen des financements est de 6 M d’€
  • • Chaque financement a en moyenne 31 vues par les investisseurs dans les 24h suivant la mise en ligne
  • • Sociétés de gestion et family offices inscrits en croissance de 25%
  • • Nous avons enregistré 80 M d’€ de financements mis en ligne

Les clés du succès d’un financement haut de bilan

Le rôle du Directeur Administratif et Financier est fondamental dans une opération de financement haut de bilan. Il est en charge des missions suivantes :

  • • Définir les objectifs : pourquoi l’entreprise a-t-elle recours au financement haut de bilan, quel produit ou « mix » allons-nous proposer, etc…
  • • Préparer le dossier : la capacité de l’entreprise à séduire des investisseurs dépendra d’abord de la solidité du dossier, de la consolidation des éléments comptables et financiers, etc…
  • • Convaincre les investisseurs, respecter les engagements : le DAF est l’interlocuteur clé des investisseurs avant et après l’opération, il est là pour rassurer et expliquer l’évolution de l’activité.

Envie d’en savoir plus sur le financement haut de bilan ?

Retrouvez notre webinar : Financer votre PME par la dette privée et notre infographie : Financer ma PME : le financement haut de bilan

Ces articles peuvent également vous intéresser

Le Groupe Référence, créateur de Temps Partagé Augmenté®, est engagé dans la transformation digitale des PME. Les équipes du Groupe Référence proposent un accompagnement dans les fonctions de Direction Informatique, Marketing & Digitale, DRH et DAF.

Nos DAF interviennent au sein des PME pour aider les dirigeants à sécuriser, structurer et piloter leur direction financière.

FirmFunding est la 1ère plateforme digitale spécialisée dans le matching entre investisseurs professionnels (sociétés de gestion et family office) et Conseils haut de bilan, dans le cadre de placements privés (obligataires ou mix capital/obligataire) pour des PME/ETI.

FirmFunding permet ainsi aux PME d’utiliser le financement obligataire, en relais ou en complément de l’equity, dans leurs projets de croissance, transmission et financements d’actifs.

transformation-digitale-de-la-fonction-finance

Transformation digitale de la fonction finance

La transformation digitale de la fonction finance

Marie BOËDEC-MENARD, présente les enjeux de la transformation digitale de la fonction finance et des fonctions transverses de l’entreprise

Pour vous en résumé

Opérer la transformation digitale de la fonction finance vise à améliorer à la fois le pilotage de la performance et l’efficacité opérationnelle.

L’environnement des entreprises évolue et les oblige à accélérer leur projets de transformation afin de faire face aux obligations légales actuelles et futures.

Si de nombreux processus des fonctions transverses (RH, juridique, finance…) peuvent être digitalisés, il convient toutefois d’organiser les projets avec méthode et priorité.

Temps de lecture : 6 minutes
A propos

Nos DAF à Temps Partagé Augmenté sécurisent et accélèrent au quotidien le pilotage financier des PME.

Faites appel à eux pour vous accompagner dans la transformation digitale de la fonction finance de votre entreprise !

A l’occasion de la Semaine Digitale pour les PME, Marie Boëdec-Menard, Directrice Générale de Référence DAF prenait la parole lors de la conférence « Digitalisation des fonctions transverses de l’entreprise ».

La transformation digitale de la fonction finance est un l’un des enjeux majeurs des PME. BPIfrance, la CPME, le Réseau Entreprendre et le Pacte PME se sont associés pour organiser une semaine dédiée à la digitalisation des PME.

Chaque jour, c’est un sujet différent qui était présenté lors d’un webinar animé par des experts du monde de la PME et des start-ups.

MARIE-BOEDEC-MENARD

De quoi parle-t-on lorsqu’on évoque la transformation digitale de la fonction finance ?

La digitalisation de la fonction finance et des fonctions transverses de l’entreprise c’est tout simplement réaliser certaines tâches (processus des fonctions finance, RH, juridique) grâce aux outils digitaux.

Mais au lieu de parler de digitalisation, je préfère parler de transformation digitale car il ne faut pas seulement se focaliser sur les outils mais aussi sur les processus et l’organisation.

Au niveau de la finance, il y a deux grands axes possibles de transformation digitale :

  • Améliorer le pilotage de la performance, l’objectif est d’utiliser les outils digitaux pour réduire le temps passé à la production, permettre à chacun de trouver l’information dont il a besoin de manière autonome et aussi selon son point de vue trouver l’information qui le concerne. Cela passe par des outils de visualisation qu’on appelle souvent BI (Business Intelligence). Ce ne sont pas des outils nouveaux, mais ils se sont démocratisés et sont aujourd’hui de plus en plus simple à mettre en œuvre.
  • Améliorer l’efficacité opérationnelle, ce sont les processus d’achats, de facturation, de notes de frais, de paye et juridique qui font l’objet de la transformation digitale.

Quels sont les avantages à digitaliser cette fonction ? Quels en sont les gains ?

D’abord, je crois que la question n’est plus de se demander si on va digitaliser mais comment on va le faire, la tendance de fond est lancée et va s’amplifier dans les années à venir :

A très court terme, la crise du Covid-19 a agi comme un révélateur, car certaines sociétés ont été confrontées à la difficulté de payer leurs fournisseurs ou d’être payées lorsque les factures étaient bloquées dans les circuits de la Poste ou que les employés ne venaient pas relever le courrier. La transformation digitale n’est donc pas juste un signe de modernité, elle devient indispensable dans le cas de certains processus pour continuer à fonctionner compte tenu du contexte dégradé que nous connaissons actuellement.

A plus long terme, il y a des enjeux de recrutement et de rétention de nos collaborateurs. Dans un monde où nous avons tous un smartphone en main avec des applications très ergonomiques et toutes les informations accessibles en 3 clics, nos collaborateurs ne sont plus du tout enclins à devoir se conformer à des processus compliqués et archaïques. L’expérience utilisateur est également déterminante dans le cas d’outils professionnels si l’on veut éviter de perdre des collaborateurs en route.

Il y a un enjeu très important d’efficacité et de compétitivité. Alors que tout s’accélère dans l’univers des affaires, les dirigeants ont besoin de connaître les résultats de leur activité quasiment en temps réel. L’explosion de la volumétrie des données implique que soient disponibles des outils capables de gérer cette volumétrie.

Seuls les outils digitaux répondent à cet impératif. Les dirigeants gagnent ainsi en agilité dans le pilotage et la prise de décision tout en optimisant leurs ressources car le digital permet de gagner en efficacité s’il est utilisé à bon escient.

Enfin, le caractère de plus en plus critique de la contrainte financière rend nécessaire l’allocation des ressources aux tâches qui créent de la valeur pour absorber une hausse d’activité des tâches répétitives et à faible valeur ajoutée en rationnalisant et automatisant ces processus.

Par exemple, la mise en place d’une solution de notes de frais permet de libérer le service comptable, les opérationnels et les assistantes de tâches à faible valeur ajoutée : collecter des justificatifs, remplir un tableau Excel, faire les ordres de virement, vérifier les justificatifs. Grâce à des applications qui permettent de prendre des photos et soumettre les notes de frais, toutes ces tâches sont facilitées.

Quelle fonction support est-il simple de digitaliser ? Par lesquelles commencer ?

Aujourd’hui toutes les fonctions support peuvent être digitalisées sur tout ou partie des processus mais je préfère raisonner en process de bout en bout qu’en fonction. Il faut surtout commencer par le processus qui est le plus critique au fonctionnement de l’entreprise, en fonction de son activité.

Dans une entreprise à forte dimension marketing, il peut être important de débuter par le processus d’achats et les engagements de dépenses marketing.

Pour une entreprise très « commerciale », c’est le processus de facturation et notes de frais qui doit être pris en considération.

Pour une entreprise industrielle, le processus d’achat de matières premières est clé.

Dans d’autres cas, lorsque le dirigeant a des problèmes de visibilité et de pilotage, le mise en place de tableaux de bord rend alors possible l’obtention d’informations en temps réel qui seront diffusées plus largement pour garantir l’engagement de ses collaborateurs. Il n’y a donc pas de réponse toute faite, tout dépend du contexte de l’entreprise.

En revanche, la coordination entre la Direction financière et la Direction des Systèmes d’Information est déterminante car les processus financiers touchent concernent toutes les fonctions de l’entreprise et constituent souvent la colonne vertébrale du fonctionnement de l’entreprise.

Si je reprends l’exemple des notes de frais, une transformation digitale réussie nécessite de revoir la politique des notes de frais de toutes les catégories d’employés, de la diffuser et d’expliquer les changements. Un tel changement a donc des implications managériales car il harmonise les politiques, accélère la comptabilisation, réduit les risques de fraude et de contrôle fiscal grâce à la nécessité de soumettre des justificatifs conformes.

Quelles sont les grandes étapes à suivre pour réaliser la transformation digitale de la fonction finance ?

La priorité est de définir les problèmes les plus critiques que l’on souhaite résoudre. On définit alors un plan d’action clair en s’adaptant au contexte de l’entreprise pour apporter des réponses rapides.

Il vaut mieux en faire un petit peu mais en allant au bout de la transformation, c’est-à-dire en considérant les 3 composantes « outils, processus et organisation » que toucher à tout sans mener à leurs termes les projets entamés. Il faut penser les process non pas par fonction mais par utilisation.

Pour la facturation, on doit également travailler avec les fonctions juridiques pour l’archivage électronique par exemple sinon on ne digitalise qu’une partie du processus et les bénéfices sont moindres.

Ces projets doivent être menés en lien étroit avec les collaborateurs, de manière réfléchie et expliquée en choisissant les combats que l’on veut mener et comment on veut les aborder pour obtenir des victoires rapides. La mise en place d’un outil de facturation est inutile si les collaborateurs continuent à envoyer leurs factures par la Poste et à les archiver dans des dossiers papiers.

Les start-ups ont développé beaucoup d’outils intéressants mais il faut s’assurer qu’ils sont bien déployés, donc choisir comment on veut être accompagné pour faire les bons choix, piloter le projet et accompagner la transformation. En matière de transformation digitale, le binôme DAF/DSI est souvent très important pour réussir ce type de projets.

Et demain ? Vers quoi tend-on concernant la digitalisation des fonctions supports ?

La crise a eu l’effet d’un accélérateur de tendances et selon un sondage opéré par Deloitte, 40% des entreprises vont accélérer leurs projets de transformation. Il reste encore beaucoup à faire car dans un certain nombre d’entreprises peu de processus et fonctions ont été digitalisés.

Ce qui est sûr, c’est que le prochain grand sujet sera normatif avec la mise en place de la facturation électronique obligatoire et la déclaration de TVA automatique préremplie à partir de 2023. Ce sujet va nécessiter une vraie réflexion sur les processus de facturation et d’achats et il faudra être capable de digitaliser ces processus mais aussi de les justifier.

Avez-vous des exemples de PME pour lesquelles cette transformation digitale de la fonction finance a été « transformante » ?

Dans une autre société spécialisée dans les partenariats recherche publique/privée, le confinement avait mis un coup d’arrêt à la signature des contrats de partenariats. En 15 jours, une solution de dématérialisation de la signature a été mise en place et a changé le fonctionnement de la société.

Cela a rendu possible la relance de l’activité, l’accélération des processus de signature qui pouvaient auparavant prendre des semaines entre les envois postaux et les relances aux différents interlocuteurs.

L’assistante passe désormais moins de temps sur des tâches à faible valeur ajoutée (envois postaux, relances, scan des contrats) et plus de temps sur les plannings et l’organisation de réunions pour la négociation des contrats.

Ce changement ne s’est pas limité à la mise en place d’un outil mais a été accompagné, sur les bons conseils du Directeur des Système d’information à Temps Partagé de l’entreprise, par la révision du process de bout en bout jusqu’à l’archivage électronique des contrats. Cela a permis de sécuriser ces process avec une traçabilité fiable de l’information et de s’appuyer sur des process plutôt que des personnes.

En cas d’absence de l’assistante, le contrat se retrouve facilement. Le confinement a en quelque sorte forcé cette entreprise à trouver une solution pour continuer à fonctionner, et pour rien au monde ses collaborateurs ne reviendraient sur leur décision.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Le Groupe Référence, créateur de Temps Partagé Augmenté®, est engagé dans la transformation digitale des PME. Les équipes du Groupe Référence proposent un accompagnement dans les fonctions de Direction Informatique, Marketing & Digitale, DRH et DAF.

Nos DAF interviennent au sein des PME pour aider les dirigeants à sécuriser, structurer et piloter leur direction financière.

Nos DAF à Temps Partagé Augmenté sécurisent et accélèrent au quotidien le pilotage financier des PME. Faites appel à eux pour vous accompagner dans la Direction Administrative et Financière de votre entreprise !

infographie-comment-adapter-votre-masse-salariale-à-votre-activité

Infographie : Adapter sa masse salariale à son niveau d’activité ?

Comment adapter votre masse salariale

à votre niveau d’activité ?

Les entreprises évoluent dans des environnements complexes. Elles sont souvent confrontées à des périodes porteuses d’incertitudes : l’agilité et la flexibilité deviennent alors essentielles pour garantir les performances de l’organisation.

Comment adapter vos RH à votre niveau d’activité ?
Nous vous aidons à trouver les bons leviers financiers et humains pour sécuriser vos talents.

Les enjeux des PME/ETI face à une baisse d’activité

Réduire et flexibiliser les coûts

Préserver sa compétitivité et ne pas mettre en danger sa pérennité

Identifier les compétences dont j’ai besoin sur le long terme

Réaliser un bilan de la crise et en tirer des leçons (améliorations ?)

Savoir mobiliser et donner du sens

Construire un duo efficace DRH/DAF

au service de la flexibilité 
Fixer des objectifs

Construire le cadre avec le dirigeant, la direction financière et le DRH :

Quel est l’horizon temps pour absorber les charges ?

Y-a-t-il un changement de Business Model ?

Doit-on restructurer les charges de personnel pour faire face ?

A t-on un objectif de cash ou de rentabilité court/moyen terme ?

Concevoir le bon dispositif

Etablir un plan avec le DIrecteur des Ressources Humaines et la Direction FInancière.

Il faut dès lors étudier les solutions financières (où place t-on le curseur ?

Quels sont les impacts ?) pour prendre les bonnes dispositions au bon niveau.

Exécuter le plan

Les possibilités de mise en œuvre

conduiront à des arbitrages en temps réel qui seront discutés pour déterminer :

  • Les impacts à court et long terme
  • L’impact sur la trésorerie et la rentabilité
  • Les autres risques et opportunités à prendre en compte

Identifier les compétences et les sécuriser

La priorité !
Les compétences des employés sont le paramètre clé et le DRH doit s’assurer que l’entreprise dispose toujours des compétences adaptées pour garantir son niveau d’activité.
Les principaux leviers à activer pour

flexibiliser votre masse salariale

Une méthodologie à instaurer pour

assurer la mise en oeuvre de la stratégie

Identifier les conséquences
Sur l’organisation, la charge de travail et les compétences
Prendre en compte l’ensemble des interlocuteurs
Dirigeants, représentants du personnel, collaborateurs qui restent, collaborateurs qui portent, prestataires opérationnels, prestataires dans le cadre de la démarche (avocats…)
Gérer le risque
Pour déterminer les compétences clés à long terme, les sécuriser, adapter les critères et agir dans l’ordre
Gérer les relations avec le dirigeant
Gérer les relations individuelles et collectives avec le dirigeant : sa parole est déterminante
Créer un plan de communication
Un plan de communication complet et solide doit permettre de répondre aux objections en faisant comprendre aux interlocuteurs que chaque conséquence a été anticipée et qu’une réponse adaptée y sera apportée.
Gardez en tête que cette flexibilisation ne se résume pas à des entrées et sorties de collaborateurs. Elle doit vous permettre de sécuriser les compétences qui font la force de votre entreprise tout en lui garantissant sa pérennité financière.

Webinar : 4 leviers pour adapter votre masse salariale à votre activité

Afin de faire face aux évolutions du marché, les entreprises doivent adapter leur masse salariale à leur activité.

Comment créer une synergie entre les fonctions DAF et DRH pour définir une stratégie RH efficace et en adéquation avec l’activité des PME et ETI ?

Faites vous accompagner pour adapter et flexibiliser votre masse salariale à votre niveau d’activité.

Les experts de Référence DAF accompagnent les PME & ETI dans la gestion de leur activité Administrative & Financière : Audit, délégation de DAF à Temps Partagé Augmenté, …

Référence DAF
cinq-conseils-pour-construire-son-budget-d'entreprise-2021

5 conseils pour construire son budget d’entreprise 2021

5 conseils pour bien construire son budget d’entreprise 2021

Comme beaucoup de Dirigeants, vous devez finaliser les hypothèses de votre plan budgétaire 2021 et vous vous demandez comment construire le budget de votre entreprise dans un contexte aussi incertain ?

Pour vous en résumé

Le pilotage de l’activité est devenu particulièrement complexe depuis quelques mois. La crise sanitaire que nous traversons bouleverse nos référentiels et nos activités. Personne n’avait anticipé l’année 2020 de cette manière !

Au travers de cet article, nous avons souhaité vous partager 5 conseils pour vous aider à construire au mieux votre budget entreprise pour 2021.

Temps de lecture : 4 minutes
A propos

Nos DAF à Temps Partagé Augmenté sécurisent et accélèrent au quotidien le pilotage financier des PME.

Faites appel à eux pour vous accompagner dans la Direction Administrative et Financière de votre entreprise !

Est-ce vraiment nécessaire de construire un budget quand on ne sait pas comment on va terminer l’année, à 2 mois de la fin de l’exercice fiscal ?

Il est vrai que le pilotage de l’activité est devenu particulièrement complexe depuis quelques mois. Personne n’avait anticipé l’année 2020 de cette manière ! Néanmoins, même si nous n’avons pas de boule de cristal, le processus budgétaire mérite d’être maintenu car il peut avoir d’immenses bénéfices. La condition : le voir de manière différente cette année !

Contrairement aux années passées, le budget ne doit pas être considéré comme un objectif à atteindre à tout prix. Le budget est une bonne occasion de poser un cadre et d’engager des discussions importantes avec son comité de direction, selon l’occurrence de différents scénarios.

Nos DAF à Temps Partagé Augmenté vous partagent

5 conseils pour bien construire son budget d’entreprise 2021

et parvenir à un processus budgétaire réussi

1er conseil : construire des « scénarios budgétaires »

Le référentiel passé, totalement obsolète, ne permet pas de construire le budget de l’entreprise pour 2021. Il ne s’agit donc pas de construire un budget 2021 classique mais plutôt des « scénarios budgétaires ».  Vous devez aller du « worst case scénario » qui prendrait en compte des hypothèses très pessimistes d’activité, incluant plusieurs périodes de confinement par exemple, jusqu’au scénario le plus « optimiste » qui prendrait en compte un retour à la normale dans le courant de l’année 2021 avec à une arrivée précoce du vaccin par exemple. Le budget pourrait donc devenir le scénario intermédiaire entre ces deux scénarios et c’est celui-ci qui sera communiqué aux équipes.

Le budget est également l’occasion de revoir la génération de cash et la rentabilité des différentes activités et de réaligner l’allocation de ressources derrière les activités les plus rentables (au moins temporairement).

2eme conseil : flexibiliser au maximum les charges

En fonction de votre structure de charges, votre compte de résultat peut plus ou moins absorber une baisse de l’activité. Mais, quelle que soit la structure initiale, il est important de flexibiliser au maximum les charges. 

Cette démarche permet d’absorber au maximum une baisse d’activité ou au contraire encourager le rebond si les résultats sont bien meilleurs que prévus. Pour cela, il s’agit d’inclure des « amortisseurs » et des « boosters » dans les lignes de charges en revoyant les indicateurs d’attribution des bonus par exemple ou en optant pour des contrats flexibles sur certaines charges même si le coût unitaire peut sembler légèrement plus cher. 

La capacité à adapter la volumétrie au niveau d’activité est clé en temps de crise. Cela permet de garder le maximum de marges de manœuvre.

3ème conseil : revoir toutes les lignes du P&L et du bilan et les critères d’autorisation de dépense

Dans un contexte incertain, toutes les charges doivent être revues par le comité de direction et doivent être challengées. Par ailleurs, les règles d’autorisation de dépense du budget doivent être revues. 

Contrairement aux autres années, le manque de visibilité ne permet pas d’autoriser une dépense même si elle a été budgétée. Il faut donc geler un % des dépenses et conditionner le déblocage à l’atteinte de certains résultats. Par exemple, on peut décider de bloquer 30% des dépenses marketing et les libérer si les résultats semestriels ou trimestriels sont dans une fourchette prédéfinie.

Au niveau du budget de trésorerie, une revue en profondeur du bilan peut également permettre de se poser la question sur la vente de certains actifs (stocks / créances) pour générer du cash à court terme.

4ème conseil : suivre les résultats régulièrement

Les scénarios budgétaires constituent seulement un cadre, il sera donc très important d’ajuster les scénarios en fonctions des résultats réalisés au fur et à mesure de l’année. Des réestimés fréquents, au minimum trimestriel, seront nécessaires pour affiner le pilotage. 

Selon les résultats, vous pourrez déclencher ou non certaines décisions structurantes, débloquer certaines dépenses qui auraient été identifiées dans les scénarios de construction budgétaire, ou répondre à de nouvelles dispositions législatives par exemple.

5ème conseil : responsabiliser les équipes et communiquer les résultats

Dans un contexte aussi incertain, la communication de l’équipe dirigeante est extrêmement importante pour maintenir l’engagement des salariés sans créer une anxiété démesurée. 

Il faut donc communiquer sur les raisons de ces changements de règles budgétaires et les objectifs associés. Il convient de sensibiliser chacun sur sa responsabilité concernant les dépenses qui doivent être très mesurées. 

Ne manquez pas également de motiver vos équipes pour aller chercher chaque opportunité commerciale afin de maintenir l’engagement à l’aube d’une année 2021 qui sera forcément difficile et différente du plan initial. L’important sera d’anticiper les scénarios possibles et d’y répondre de manière adaptée sans sacrifier le long terme.

Bon budget 2021 !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Nos DAF à Temps Partagé Augmenté sécurisent et accélèrent au quotidien le pilotage financier des PME. Faites appel à eux pour vous accompagner dans la Direction Administrative et Financière de votre entreprise !